Final Fantasy 2

Final Fantasy II

Couverture FF II Nintendo Front

Plate-forme : NES Nintendo
Genre : Jeu de Rôle
Développeur : Squaresoft
Editeur : Square Co., Ltd
Format : Cartouche (4 Mo)
Date de sortie :17 Décembre 1988
Remakes : WonderswanPSXGBAPSP Voir les autres versions

FF2 comblera les fans de la première heure avec ce second épisode très ambitieux. Il sortira le 17 décembre 1988 au Japon. Les américains, en revanche, ne pourront pas profiter de cet épisode avant l'édition PSX.

Gifs Animés

Annexes liées : Arworks - Musiques - Origine des Noms - Roms   - Sprites - Vidéos - Wallpapers


INTRODUCTION FINAL FANTASY II

La chaleur des flammes porta en son sein la fougue d'un Empereur décidé à livrer le Mal sur la terre, pourtant demeurée pacifique durant des siècles. Les maisons s'effondrèrent, les tours s'écroulèrent, les arbres s'embrasèrent puis les hommes tombèrent sous les coups d'une armée éveillée des profondeurs. La folie du puissant entraîna alors le monde dans un profond gouffre de désespoir. Mais la détermination s'éleva alors au-dessus du brasier, et eut la vertu de protéger ce qui fut le plus cher au coeur de tout être : la vie. La résistance se faufila à travers les entrailles imperturbables de l'envahisseur, afin que justice fasse loi.

Sur les rails du succès

Après l'énorme succès généré par Final Fantasy, il devint évident pour Squaresoft de renouveler l'expérience, ce qui est encore à l'heure actuelle une conséquence inévitable quand le moindre produit culturel enregistre un succès encourageant. Il faut se dire aussi que si Square n'avait pas voulu opté pour un second épisode (qui dans ces circonstances aurait été une décision on ne peut plus idiote), on n'en serait pas arrivé là ! Ainsi donc, Final Fantasy II voit le jour sur NES le 17 décembre 1988, soit pratiquement un an après le premier épisode. Malgré les quelques références à celui-ci, FF2 a creusé un certain fossé avec son prédécesseur, sûrement à la surprise des premiers fans de la série.

On ne change pas une équipe qui gagne

Pour cette suite, Squaresoft n'a pas tellement agrandi son effectif, malgré les caisses sûrement bien remplies désormais. Seul un petit nouveau est rentré, son talent prêt à opérer : Akitoshi Kawasu. Sinon les joueurs retrouveront notamment la patte d'Amano (design et illustrations) et celle de Uematsu (musique), des retrouvailles dont personne ne se plaindra, en tout cas pas à l'époque. C'est en revanche Kenji Terada, le scénariste, qui compte bien surprendre. En effet, l'histoire de Final Fantasy II est tout sauf une suite à celui de FF1, et les deux scénarios ne sont surtout pas du même acabit !

Un nouveau jeu, une nouvelle histoire

Ceux qui ont cru que Final Fantasy IV était le premier FF à posséder un vrai scénario avaient partiellement faux. Final Fantasy II disposait déjà d'une histoire originale, bien loin du récit classique que propose FF1. C'est en revanche la psychologie et la personnalité des personnages qui font défaut à FF2. En effet, Firion, Maria, Gus et Léon sont les quatre persos principaux du jeu, et aucun d'entre eux ne se démarque vraiment du groupe. L'intérêt à soulever porte plutôt sur l'évolution du groupe de Firion à travers l'histoire, qui mène la troupe à travers les différents coins du monde. Devenus orphelins suite à l'attaque de l'empereur de Palamécia sur leur ville natale, ils durent sauver leur propre peau des griffes des forces armées de l'empire en s'échappant de Fynn. Finalement rattrapés et vaincus, ils seront sauvés de justesse par des résistants et emmenés à Altaïr, une petite cité en arrière. Bien que libérés de l'envahisseur, leur liberté ne fut qu'un sursis et seuls trois membres du groupe ont pu être ramenés à Altaïr, la ville résistante. Qu'a t-il bien pu arriver à Léon ? La réponse ne sera qu'une motivation supplémentaire pour nos héros pour reprendre la situation en main et prendre le dessus sur l'empire. Ils seront régulièrement aidés par des personnages tiers de l'histoire, comme Mindu, un mage puissant résidant à Altaïr, ou Ricaro, un Chevalier Dragon ayant un fils au nom évocateur de Kain. Cela ne vous rappelle rien ?

Une fois n'est pas coutume

Les personnages ont beau manqué de personnalité, ils sont tous dotés de capacités bien déterminées en combat. Gus, derrière son étiquette de gros dur, dispose tout naturellement d'une force indécente mais ses compétences magiques sont à revoir. Firion, en tant que personnage principal, s'avère assez polyvalent, ou encore Maria, étant un personnage féminin, contrôle formidablement bien la magie mais ses capacités physiques sont limitées. Il vous faudra donc composer avec les forces et faiblesses de chaque perso, à l'instar de FF1 où il valait mieux équiper un mage blanc avec une canne plutôt qu'une épée.
Bref, rien de bien nouveau jusque là. Mais là où FF2 a monté sa réputation (pas toujours bonne), c'est dans son système d'évolution. Contrairement à FF1 qui fonctionnait par "level-up" (technique consistant à faire progresser un personnage par l'évolution de son niveau, faisant progresser l'ensemble de ses caractéristiques), FF2 met de côté le système habituel et propose au joueur de faire progresser uniquement la caractéristique la plus recourue en combat. Un perso qui utilisera régulièrement son épée verra donc sa force augmenter, ou un autre qui lancera régulièrement un sortilège le rendra plus puissant. Un système qui n'aura pas fait d'émule, puisque les épisodes qui suivront reprendront l'indémodable système de "level-up".
Final Fantasy II change aussi de recette pour le système de magie. Les sortilèges s'acquièrent par le biais de grimoires, qui s'achètent ou qui s'obtiennent dans l'aventure. Lorsque le perso peut recourir au sortilège en question, il peut augmenter sa puissance à chaque évolution. Son utilisation reste limitée par une certaine quantité de MP (Magic Points), qui s'épuise plus ou moins vite selon la nature et la puissance du sort.
En revanche, l'équipement est fidèle au système de FF1. Le perso peut alors s'équiper d'une arme, d'un gant, d'une armure et d'un casque. Naturellement, plus la pièce d'équipement est rare et chère, plus elle influe sur l'augmentation des caractéristiques du porteur ; une tradition qui se perpétue dans beaucoup de RPG.

Le second répare les erreurs du premier

Final Fantasy II est une suite, ce qui signifie qu'il est censé apporter des améliorations par rapport à l'opus précédent. Comme FF2 est la première "suite" de la saga, le progrès réalisé est encore minime, surtout quand les deux jeux tournent sur une console techniquement très limitée. Néanmoins, FF2 saura tirer son épingle du jeu en proposant par exemple des textes plus gros, donc plus lisibles (ceux de FF1 étaient particulièrement petits et difformes) et une interface de l'écran de combat plus agréable (il n'y a plus de large trait qui sépare les héros et des ennemis).

Une saga parallèle

Si la série est désormais promise à un avenir et une évolution passionnante, il en va de même pour sa musique. Ainsi FF et sa musique arrivent toujours à évoluer dans l'univers du jeu vidéo sans se trahir. Le passage de FF1 à FF2 n'est cependant pas le plus remuant de l'histoire de Final Fantasy, car Uematsu n'a pratiquement pas changé de style. Il en vient même à faire émaner l'aura de FF1 auprès de FF2 en intégrant certaines musiques provenant directement du premier épisode. C'est donc avec étonnement que les joueurs retrouveront le prélude à l'écran titre du jeu, ou encore le thème de victoire retentissant à chaque fin de combat (quand celui-ci est remporté avec succès !). La plupart des thèmes regroupe aussi deux parties très mélodiques, exactement comme FF1. On retiendra parmi les musiques de FF2 l'admirable Rebel Army's Theme, et son exact contraire Imperial Army's Theme. Les fans de la première n'oublieront pas non plus le Main Theme si émouvant, l'énergique Battle Theme et le thème de fin, hymne à l'optimisme : Finale. FF2 donnera aussi naissance à un thème musical indémodable : le thème des chocobos !
Final Fantasy II comblera pour la deuxième fois les joueurs japonais de par ses musiques de qualité. C'est pourquoi un OST sortit une dizaine de jours après le jeu, soit le 21 décembre 1988, comprenant les musiques de Final Fantasy I et Final Fantasy II. Le CD contiendra en suppléments deux admirables medleys, ainsi que des musiques "unreleased", c'est-à-dire non présentes dans le jeu, alors qu'elles y étaient initialement prévues. Parmi ces titres, l'un d'entre eux sera récupéré pour un futur épisode de la série.
Le succès étonnant que connaît la musique de Final Fantasy ira amplifier le phénomène jusqu'à l'existence d'un concert -le premier de la série- : Final Fantasy Symphonic Suite ! Donné lieu le 20 mai 1989, et édité le 25 juillet prochain en CD (puis réédité cinq ans plus tard), ce concert regroupera sept scènes, chacun correspondant à une ou plusieurs musiques des deux Final Fantasy existants. La plupart des arrangements y sont admirables. Hironobu Sakaguchi le dédia à sa mère. Aujourd'hui encore, ce concert représente les racines d'une saga musicale devenue culte pour de nombreux joueurs et pour les musiciens les plus ouverts à la musique du monde !
En 2002 sortira un nouvel OST, fruit du remake des deux premiers FF sortis depuis les années 2000. L'album, en deux CD (un pour chaque jeu), regroupe les musiques arrangées des jeux édités sur PSX et GBA. Nobuo Uematsu se sera occupé des musiques de FF1, laissant les autres à la charge d'un certain monsieur Tsuyoshi Sekito. Certains de leurs travaux sont inoubliables : Chaos' temple pour Uematsu, Castle Pandemonium pour Sekito. Le talent, c'est aussi le don de faire renaître des légendes.

La famille s'agrandit

Final Fantasy II porte sur lui l'honneur de représenter les racines de plusieurs références typiques de la saga, qui s'ajouteront à celles déjà installées par son illustre prédécesseur :

- Le système de combat : FF2 est le premier FF à instaurer la fameuse jauge de MP, remplaçant le (laborieux) système de FF1 concernant l'incantation des sortilèges.
- L'histoire : Des résistants luttant contre un empire.Des épisodes futurs seront séduits par une trame aussi convenue que celle-ci.
- Les mascottes : Il existe plusieurs mascottes pour alléger l'esprit de la saga FF. Mais la plus récurrente d'entre elles est aussi l'aînée de tous : le chocobo ! FF2 aurait presque créé une légende en inventant cet animal ressemblant à une autruche jaune.
- La musique : La présence du chocobo ne s'est pas faite sans l'apparition de son thème attitré, bien que l'on ne connaîtra la mélodie dans son entier que dans FF3. De plus, contrairement à FF1 qui rabâchait la même musique pour tous les combats, FF2 pousse la chansonnette selon les circonstances (enfin une musique qui va de pair avec le boss final !)
- Les sortilèges : FF2 donne naissance au fameux sort Ultima, la magie la plus puissante de plusieurs FF futurs. Dans FF9, Ultima fait même partie intégrante de l'histoire !

Les différentes éditions de Final Fantasy II (hors édition NES)

FF2 a toujours suivi son prédécesseur sur le marché, que ce soit le jeu en lui-même ou la musique, c'est pourquoi vous trouverez une similitude flagrante entre les éditions de FF2 et de FF1.

Couverture FF II WonderSwan Front
Commander

Plate-forme : Wonderswan Wonderswan Color
Date de sortie :5 Mai 2001

Les Japonais auront du attendre trois mois supplémentaires après FF1 pour retrouver Final Fantasy II dans une édition remasterisée sur Wonderswan. Comme la première fantaisie, FF2 bénéficiera d'améliorations en tout genre, aussi bien sur le plan technique que sur le gameplay.


Couverture FF Origins Europe Front
[Back] - [cd1] - [cd2]
Commander

Couverture FF Origins US Front
[Back] - [cd1]
Commander

Couverture FF II PSX Japon Front
Commander

 

Plate-forme : PSX PlayStation
Développeur : Squaresoft
Editeur : Atari (Infogrames)
Format : CD-Rom
Nombre de CDs : 2
Site web officiel : Aller sur le site
Date de sortie :14 Mars 2003 (Final Fantasy Origins)
                        8 Avril 2003 (Final Fantasy Origins)
                        31 Octobre 2002

C'est la première fois que les deux premiers FF sont réunis sur un seul et même jeu, mais aussi la première fois qu'ils sortiront en Europe (et les USA concernant FF2). Ce dernier comportera une superbe vidéo de synthèse pour introduire le jeu, mettant en scène la fuite du Quatuor de Fynn en cours d'annihilation. Du spectacle en perspective ! Il sortira peu de temps après la version Wonderswan.


Couverture FF I + II: Dawn of Souls
[Back]
Commander

Plate-forme : GBA GameBoy Advance
Développeur : Square Enix
Editeur : Nintendo
Format :Cartouche
Site web officiel : Aller sur le site
Date de sortie :3 Décembre 2004
                        29 Novembre 2004
                        29 Juillet 2004

Le meilleur portage pour FF2 à l'heure actuel. Final Fantasy Dawn of Souls (tel est le nom du jeu GBA aux USA et en Europe) propose une localisation entière et une quête supplémentaire une fois Final Fantasy II terminé. Sortie en 2004.


 

Plate-forme : PSP PlayStation Portable
Développeur : Square Enix
Editeur : Ubisoft
Format : UMD (Universal Media Disc)
Site web officiel : Aller sur le site
Date de sortie :8 Février 2008
                        24 Juillet 2007
                        7 Juin 2007

Dernier version de Final Fantasy II en date. Cette édition mondiale vend les deux jeux séparés cette fois-ci, mais restitue des graphismes 2D de très haut niveau ! De plus, un nouveau donjon pour chaque jeu a été ajouté. Mais pour beaucoup de joueurs, cette énième sortie est le remake de trop. Les deux jeux sortiront simultanément en 2007 au Japon et aux USA puis l'année suivante en Europe.

Conclusion

Malgré son scénario développé et une mouture agréable dans chacune de ses versions, ce second Final Fantasy n'a jamais vraiment eu de place dans le coeur des joueurs. D'une part car il est généralement vendu avec un FF1 plus attirant pour son statut de générateur de la saga, d'autre part car son univers est peu immersif et son gameplay trop "différent". Seuls les fans les plus chevronnés sauront l'adopter et l'apprécier, mais il s'adresse tout de même à tout le monde, il est donc à essayer quoiqu'il en soit.

Flux RSS Valid XHTML 1.0 Hit-Parade des sites francophones