Alors que Sony traverse des turbulences avec une PSVita aux atours séduisants sur le papier, mais qui déçoit commercialement, et que la PSP tire de manière significative sa révérence, le cas Final Fantasy Type-0 déchaîne les passions depuis quelques semaines. Depuis sa publication japonaise, tout laissait à penser que les joueurs occidentaux auraient l’immense plaisir de s’y essayer, au moins dans une version anglaise, mais les mois ont passé, et le mutisme de Square Enix est venu raviver les angoisses.


Type-0 matérialise à lui seul les doléances de nombreux joueurs, avec le retour d'une mappemonde, un gameplay riche et généreux, et une aventure de longue haleine
.

Outre le fait que les portables de Sony sont dans une posture difficile, les succès mitigés en Europe des dernières productions nomades de SE ont également eu raison des plans de la société japonaise. Si l’on s’en réfère aux dernières rumeurs, toujours étayées par des « sources bien informées », mais gardées secrètes, la localisation serait pourtant quasi achevée, et les hautes sphères de Square n’attendraient qu’une manifestation massive des joueurs pour sauter le pas.

Une interprétation sans doute un peu illusoire, on imagine le nombre de paramètres échappant au commun des joueurs, et influant ou non sur la décision d’exporter une production. Du reste, si Final Fantasy reste une franchise lucrative, elle ne garantit pas toujours un succès étourdissant quand elle s’éloigne du sentier numéroté. Surtout quand elle lorgne vers un hardware délaissé et alité. Julien Merceron, directeur des technologies chez SE, ne se risquait d’ailleurs à aucun pronostic sous nos micros lors du PGW, tout juste rappelait-il l’incroyable potentiel de Type-0.

Si Kotaku avait fait réagir la direction de Square en prêchant le faux pour réveiller le projet Versus XIII, il reste à vérifier si l’opération Suzaku aura suffisamment d’impact pour déclencher au moins un tweet officiel. Le temps semble être l’ennemi juré de Type-0, et il semble difficile de voir clair dans la politique de Square de plus en plus frileux à l’idée d’essuyer l’échec commercial. On pourra difficilement l’en blâmer, mais la frustration reste immense.