« Je serai toujours avec toi. »

Point de départ de la reprise de la communication autour du véritable Final Fantasy XV après plusieurs faux départs, Dawn (l’aube) fut dévoilée lors de la gamescom 2015 et reçut un accueil mitigé en dépit de qualités certaines. En cause un contenu loin des promesses, et après coup un sentiment de publicité mensongère.

Une bande-annonce et un événement canonique

Il s’agit à la fois d’une bande-annonce et d’un court métrage conçu pour mettre en perspective des événements clefs de l’intrigue, ayant précisément eu lieu quinze ans avant le début du périple de Noctis (le genre de clin d’œil numérique dont les épisodes du canon raffolent). On y découvre en parallèle le destin torturé de Lunafreya Nox Fleuret, étroitement lié à celui de l’héritier de la couronne du Lucis.

Dawn
Dawn
Dawn
Dawn
Dawn
Dawn
Dawn
Dawn

Fait assez rare, l’émouvante séquence entre le roi Regis et son fils Noctis est un événement à la fois absent du jeu final tout en étant considéré comme ayant bien eu lieu dans l’histoire officielle. En effet, cette séquence se déroule bien 15 ans avant le début de l’aventure, quand le père du jeune prince âgé de 5 ans apprend par les anciens rois du Lucis que notre héros a été élu par le cristal : il sera le roi de la lumière qui mettra un terme à la menace des ténèbres.

Cependant, la partie dédiée à l’héroïne est plus incertain bien que sans contradiction particulière avec les événements définitifs. La maltraitance dont elle a pu être victime entre les mains de Niflheim, envahisseur de sa contrée, et la résolution infaillible dont elle fait preuve dans la séquence avec les soldats la tenant en joue reste un point majeur de son développement : son abnégation au service de sa divine mission est totale.

Dawn
Regis Lucis Caelum CXIII portant le prince Noctis lors de la Révélation des rois.