Biographies


Biographie :

shimomura.jpg


Yoko Shimomura,
Une compositrice-joueuse

Née le 19 Octobre 1967, Yoko Shimomura est l'une des plus grandes compositrices que l'industrie de jeu vidéo ai jamais portée. Ses travaux, hétéroclites de par leurs thèmes, ont tous été synonymes d'éloges par ses pairs. Passant son enfance dans la Préfecture de Hyogo, au Japon, la jeune fille commencera les leçons de piano à l'âge de 4 ans, faisant croire qu'elle pouvait composer, alors qu'elle tapotait frénétiquement (et aléatoirement) les touches de son instrument. Elle se passionna vite pour la musique classique, tout cela allié à une adoration pour les jeux vidéos. Se dirigeant vers une carrière d'enseignante, elle pris des cours à l'université de musique d'Osaka. Son diplôme en poche en 1988, Shimomura décida de poursuivre son rêve. En effet, alors que le jeu vidéo n'en était encore qu'aux prémisses de son histoire et de sa popularité, Shimomura postula pour plusieurs constructeurs de jeux électroniques. Sa surprise fut grande quand elle fut reçu chez Capcom pour une place de compositrice.

Des débuts prometteurs
Viendra alors pour elle le début de la consécration. Adulée -entres autres- pour son travail sur le mythique Street Fighter II, Shimomura rejoindra Square Co., Ltd. en 1993 avec l'espoir de composer des morceaux plus "classiques" sur des RPGs japonais, titres phares de la firme japonaise. Elle débutera avec le projet Live A Live sur Super Nintendo (1994), un RPG plutôt obscur qui ne dépassera pas les frontières du Japon. Elle s'associera avec certains compositeurs déjà présents chez Square pour composer les musiques de Front Mission[b][/b] -avec Noriko Matsueda- (1995) et de Tobal No. 1 (1996).



La même année, elle travaillera sur Super Mario RPG : Legend of the Seven Stars, projet édité par Nintendo, mais développé par Square.
Fort de son succès, Shimomura sera accréditée à des projets de plus grandes envergures avec la nouvelle licence Parasite Eve (1998), sur Playstation, œuvre qui fera découvrir auprès du plus nombre un autre grand nom de chez Square : Tetsuya Nomura. L'année suivante, elle sera assignée à son premier RPG fantaisiste avec Legend of Mana. Le titre, jamais arrivé sur les vieilles terres européennes, fait parti de la mythique série des Seiken Densetsu.

parasite-eve-11072-wp.jpg


"Je serais là, où que tu sois..."
Bien que son talent n'était plus à prouver au Japon, c'est seulement avec Kingdom Hearts (2002) que la dame se fera connaître chez nous. Ce projet serait, selon elle, l'un des plus marquants de sa carrière, aux côtés de Street Fighter II et Super Mario RPG. En effet, il s'agit du dernier jeu qu'elle aurait composée pour Square en tant que compositrice fixe. De plus, le jeu lui demanda beaucoup de pression. L'idée de composer sur un cross-over entre les univers de Disney et de Square n'étaient pas une mince affaire. Son travail consistait de plus à adapter des musiques de compositeurs déjà mythiques (Danny Elfman, entre autres) à des scènes inédites ; changer le rythme des mélodies pour s'adapter à des scènes d'actions et de combats qui devront plaire à un tout nouveau public.

Image


Le bilan sera finalement sans appel : le titre marquera d'une pierre blanche l'histoire de Square et celle de Yoko Shimomura. Sa popularité n'en sera que plus grandissante grâce à la participation de la chanteuse japonaise Utada Hikaru pour les pistes d'introduction et de conclusion du jeu : "Hikari".
Après ce soft, Shimomura quittera Square pour se lancer en tant que compositrice freelance (à son compte).
Elle continue à travailler pour la série des Kingdom Hearts jusqu'à aujourd'hui, offrant aussi son talent pour le prochain projet du Fabula Nova Crystallis, dirigé par Testsuya Nomura, Final Fantasy Versus XIII. De plus, et alors qu'elle n'avait pas participé au second épisode de la série, elle revient aujourd'hui pour composer les morceaux de Parasite Eve : The 3rd Birthday.
Enfin, elle a été récemment vue aux côtés de Yasunori Mitsuda (Chrono Cross, Xenogears) pour composer la musique du projet Xenoblade.

xeno.jpg


Alors que ses proches contestaient au premier abord son choix de carrière, Yoko Shimomura su vite s'imposer comme un pilier de cette industrie, qui, à l'aide de ses mélopées si particulières, sue enchanter les parties de millions de joueurs.

Ecrit par Tomberry
mis à jour le 15/07/2010

 

 

- Revenir aux Biographies -

Flux RSS Valid XHTML 1.0