logo_quantum_test.jpg


Genre : First-Person Puzzle/Aventure
Développeur : Airtight Games
Editeur : Square-Enix
Console : Playstation 3 (PSN), Xbox 360 (XBLA), PC (Steam)
Sortie Française : 21 Juin 2012 (Steam), 10-11 Juillet 2012 (XBLA, PSN)



Une expérience qui se passe mal et votre oncle, le professeur Quadwrangle, se retrouve propulsé dans une autre dimension. Du haut de vos douze ans et fraîchement « débarqué » pour les vacances, vous seul pouvez l’aider à sortir de cette impasse. Toujours en contact radio via les haut-parleurs du manoir, le professeur vous demande de commencer par réactiver les générateurs d’énergie. Pour vous aider dans cette tâche, vous pouvez compter sur IKE (une petite créature étrange) et surtout la dernière invention du professeur : le gant IDS (Interface Dimensionnelle de Substitution).

screen_quantum_intro.jpg


Quantum Conundrum est un jeu de réflexion/puzzle à la première personne développé par Airtight Games sous la houlette de Kim Swift (qui a notamment travaillée sur un certain Portal). Si dans ce dernier vous pouvez créer des portails, ici, le gant IDS vous permet de modifier votre environnement. En effet, tout le gameplay du jeu repose sur la possibilité de pouvoir changer et d’utiliser, à volonté, quatre dimensions afin de résoudre les différentes énigmes. Il est important de noter que notre personnage n’est pas affecté par ces changements. Ainsi vous avez le choix entre la dimension plume (tous les objets sont beaucoup plus léger), plomb (l’inverse de plume), lenteur (ralentissement du temps) et anti-gravité (on inverse la gravité). Chacune de ces dimensions, que l’on acquiert au fur et à mesure de l’aventure, est assignée à une touche de votre gamepad ou clavier. On ne peut en activer qu’une seule à la fois et uniquement lorsque l’on est en possession de la batterie IDS correspondante. Dès lors, avec les quatre batteries IDS, il devient possible de soulever un coffre-fort sans le moins effort dans la dimension plume, de le lancer et ralentir le temps pour grimper dessus dans la dimension lenteur, puis enclencher le mode plomb pour briser et passer à travers une vitre pour terminer par utiliser anti-gravité afin d’utiliser ce même coffre en tant qu’ascenseur pour atteindre la porte de fin du niveau ! D’ailleurs, on notera au passage l’excellent comportement du moteur physique du jeu (ce qui est la moindre des choses vu qu’il est centre du gameplay). Ceci-dit, rassurez-vous, si l’exemple que je vous ai donné peut paraitre complexe, le jeu est loin d’être difficile…

screen_quantum_01.jpg
screen_quantum_02.jpg


Elémentaire mon cher Desmond !

C’est même plutôt le contraire ! Si deux ou trois énigmes sont un peu plus tordues et demande un peu d’observations et de réflexions pour trouver la solution, la plus part du temps, un simple coup d’œil vous permet de trouver la manière de résoudre le niveau. Cette relative « simplicité » est surtout lié au fait que chacune de ces énigmes est composé de petits éléments déjà appris auparavant. En effet, au début du jeu, par exemple, on commence par se familiariser avec le changement de dimension et le mode plume. Celle-ci est activée de manière automatique et périodique par un drôle d’oiseau mécanique appelé Desmond. On apprend qu’il est, dès lors, possible de soulever et déplacer un coffre-fort récupéré via une machine de clonage appelée DOLLI. On découvre ensuite que l’on peut se protéger des lasers mortels du manoir avec ce même coffre en dimension plomb, etc… Bref, on finit par acquérir une certaine logique typique au jeu et on se retrouve à résoudre des énigmes complexes facilement tout en y prenant du plaisir ! Ceci est vraiment grisant car on résout des puzzles à première vue difficile avec facilité. Si du coup on comprend pourquoi le jeu semble si « facile », il est dommage que les développeurs n’aient pas pensé à créer des niveaux demandant un peu plus de réflexions et de dextérité... Qu’à cela ne tienne, on fait notre fine bouche mais on s’amuse et, au final, c’est le plus important ! Sachez aussi que le professeur donnera un petit coup de pousse lors de certaines énigmes via une petite phrase-devinette pleine d’humour.

screen_quantum_03.jpg
screen_quantum_04.jpg



Pas de temps à perdre…

Un humour omniprésent, parfois un peu lourd, qui vous accompagnera pendant la cinquantaine de niveaux que possède le jeu. Comptez sur environs six heures pour boucler les différents puzzles. Une durée de vie relativement correcte vu le prix du jeu. Pour les plus assidus d’entre vous, ou les chasseurs de succès, sachez que différents challenges sont proposés comme terminer un niveau en un certain temps avec un nombre limité de changements de dimension et sans mourir. De quoi rendre certains niveaux un peu plus difficiles. De plus, des DLC payant comportant de nouveaux puzzles sont aussi au programme pour prolonger l’aventure… De notre côté, on aurait plutôt aimé un mode multi-joueurs avec un éditeur de niveau, histoire d’en faire baver à nos amis avec des énigmes bien plus tordues que celle du jeu…. La prochaine fois peut-être ?

art_quantum_1.jpg


Un jeu sympath…IKE

Au final vous l’aurez compris, Quantum Conundrum est un jeu dont on a peu parlé mais qui vaut le détour pour tous les amateurs de jeux de plateforme-puzzle. Même si on est loin d’un Portal en terme de level design, notamment avec les simples couloirs entre deux niveaux, le jeu possède une très bonne patte graphique et de nombreuses bonnes idées en terme de gameplay. On regrettera aussi la difficulté moyenne et le scénario un peu décevant (un peu comme une blague tombant à plat). Sachez enfin que si le jeu est disponible pour 15 euros sur le PSN, XBLA et PC (via Steam), une démo est également présente sur ces plateformes. De quoi vous donner l’occasion de vous faire un avis manette ou clavier en main avant d’éventuellement acquérir le jeu !

Image


En résumé
Les + :
+ les changements de dimension
+ de bonnes idées et puzzles
+ univers en cell-shading
+ humour décalé
+ le prix
+ « faire un truc »

Les - :
- la difficulté très moyenne des énigmes
- level-design un peu en reste
- gros ralentissement, baisse de framerate dans les couloirs entre deux niveaux
- pas d’éditeur de niveau (dommage, on ne pourra pas torturer ses amis... )


art_quantum_02.jpg

Ecrit par TheUltimaSephiroth
mis à jour le 02/09/2012

Flux RSS Valid XHTML 1.0 Hit-Parade des sites francophones