Interview de Nobuo Uematsu et d'Arnie Roth

C'est dans un hôtel près du palais des congrès que nous avons eu le plaisir d'interviewer Nobuo Uemastu (compositeur sur de nombreux volets de Final Fantasy, au cas où vous ne le sauriez pas encore) et Arnie Roth (chef d'orchestre sur Distant Wolds). Nous sommes à la veille des deux représentations de Distant Worlds à Paris, ceux-ci nous apparaissent souriants, quoique fatigués, et impatient de voir les fans français de Final Fantasy.

Propos recueillis par Idir et myst6re

Image uematsu-and-roth.jpg

FFDream : Uematsu-san, on est très heureux de vous voir ici en France. La communauté Final Fantasy y est vraiment très importante et lorsqu'on parle de FF, on parle tout d'abord de musique. Comment le vivez-vous ?

Nobuo Uematsu : À l'époque où j'ai commencé à composer pour Final Fantasy, je ne savais pas comment mon travail allait être perçu à l'étranger. Je fus particulièrement surpris de voir tout l'engouement suscité par mon œuvre.

FFDream : Pour certaines personnes, vous voir, c'est un peu comme voir son idole, Uematsu-san. Pensez-vous que l'on pourra réentendre vos compositions dans FINAL FANTASY XVI ?

Nobuo Uematsu : Mais je ne suis qu'un grand-père ! (rires) Malheureusement moi-même je ne sais pas. Concernant ce titre, oui j'aimerais bien, mais il faut poser la question aux gens de Square Enix.

FFDream : J'en parlerai à Hashimoto-san ! (rires). Arnie Roth, on est très heureux de vous voir aussi. Vous êtes le meneur d'un grand orchestre. Comment faites-vous pour donner autant de réalité à la musique de Final Fantasy ? Je veux dire, pour transformer des musiques de jeu MIDI en musiques écrites pour un orchestre ?

Image uematsu_roth_1.jpg

Arnie Roth : Il y a plusieurs éléments : les morceaux qui ont été composés en 8-bits qui doivent être entièrement orchestrés, ceux en 16-bits qui le nécessitent un peu moins, et les morceaux déjà orchestrés qu'il faut adapter au concert. Je passe énormément de temps à étudier les morceaux originaux, même ceux déjà orchestrés. Je me réfère au tempo, au rythme, à la mélodie principale à chaque fois. J'y retourne tout le temps pour garder le sentiment que Nobuo-san a voulu créer. Je pense que c'est important de voir la manière dont le morceau a été utilisé. C'est un peu différent avec l'ère 16-bits car les morceaux sont issus de live performances. Ces morceaux-là sont plus proches de ce que le compositeur avait à l'esprit. Il y a aussi le fait que l'orchestre ne connaît pas les morceaux à l'origine. Il faut faire très attention à ce que l'on écrit dans les partitions. C'est facile de mettre des notes ensemble, mais leur articulation, les liaisons, les durées, les accents ou non… Les gens ne s'en aperçoivent pas, mais même en live, sur l'estrade, je dois encore modifier des éléments avec l'orchestre. C'est là que le chef d'orchestre peut créer le vrai sentiment, ou du mois essayer de retransmettre ce que communiquait la composition originale. Par exemple ici, le tempo doit être un peu plus rapide, ou être un peu plus entraînant. Certaines notes dans les harmonies doivent ressortir plus que d'autres : ce pourrait être la troisième note, où l'on aurait besoin de l'accent du second violon ou des clarinettes… voilà, ce sont tous ces éléments. Nous devons gérer une quantité d'éléments infinie. Les liaisons, les dynamiques, l'équilibre avec l'orchestre…nous avons beaucoup de travail pour peu de répétitions. Il faut toujours se battre pour que tout se passe au mieux.

FFDream : Dernière question, pensez-vous pouvoir intégrer des musiques telles que Fulfilled Desire de Crisis Core à Distant Worlds ?

Arnie Roth : Nous cherchons constamment de nouvelles musiques à ajouter au concert. Par exemple, pour le concert de Paris, nous avons joué l'Opéra que nous n'avions pas joué l'année dernière. Sur Distant Worlds, nous essayons de nous concentrer sur les principaux Final Fantasy numérotés. Dissidia, Crisis Core, Tactics... il y a parfois des opportunités d'utiliser les musiques issues de spin-offs, mais je pense qu'avec plus de 1000 heures de son juste avec les Final Fantasy principaux (à Nobuo : It's your fault!), il y a déjà beaucoup à faire. Si jamais il y a des fans qui demandent, on essaie de voir avec Nobuo-san, on y réfléchi.

FFDream : Merci beaucoup Uematsu-san et M. Roth !

Nobuo et Arnie : Merci beaucoup.

Un grand merci à la Fée Sauvage, sans qui nous n'aurions pas pu réaliser cette interview.

Article publié le 17 mars 2014

Flux RSS Valid XHTML 1.0 Hit-Parade des sites francophones