FFCC : The Crystal Bearers au MGS 2009

Cette année, Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers était la vedette du stand Square-Enix du Micromania Game Show. Démos jouables, bandes annonces, présentation en projection privée le soir... on sent que la date de sortie approche ! Mais que vaut exactement ce second vrai Final Fantasy sur Wii ?




Rappelons rapidement le contexte de la série. Le premier épisode des "Crystal Chronicles" est sorti sur Gamecube. C'était un nouveau départ pour Square-Enix, qui n'avait plus créé de Final Fantasy sur une console Nintendo depuis Final Fantasy 6. Si les avis ont été mitigés à la sortie du jeu, beaucoup se rappellerons de son mode coopératif 4 joueurs ! (bien que cela demandait 4 GBA ...). Un épisode sur DS (Rings of Fate) et plusieurs jeux wii-ware sont ensuite sortis. Ils reprennent tous la mythologie et les races créées lors du premier épisode. L'annonce de l'épisode The Crystal Bearers s'est faite en même temps que l'annonce de la Wii. Soit il y a près de 4 années! Et là vous vous demandez tous si 4 années de développement ont abouti à un bon Final Fantasy ? J'ai pris le temps de longuement essayer la démo (près de 1h40 de jeu) et je vais tenter de répondre à cette question.


La démo commence directement avec une cinématique où notre héros escorte un vaisseau volant. Ce dernier se fait attaquer par des sortes de dragons... et notre héros décide se jeter dans le vide, un gattling à la main pour défendre le cuirassé. Un mini-jeu s'enclenche alors directement. Il faut viser l'écran avec la wii-mote pour tirer sur les ennemis. A la fin de la phase de jeu, une longue cinématique s'enclenche. Je ne vous détaillerais pas le scénario. Par contre, concernant le moteur du jeu, j'ai été très agréablement surpris. Même si le jeu n'a pas été développé sur une console nouvelle génération, les décors sont détaillés, les personnages sont expressifs et l'ensemble est très coloré et très bien animé. Est-ce seulement le cas lors des cinématiques ?

Une deuxième phase de jeu s'enclenche. Vous devez diriger le vaisseau qui risque de se crasher à tout moment au milieu d'un ravin... Il suffit d'éviter les bords. Un moment que j'ai trouvé un peu long... Puis le vaisseau atterrit à l'entrée d'une ville et vous entamez la première phase d'exploration. Vous êtes dans une ville. Là, le reste reste très joli à l'œil. De nombreux personnages sont présents dans la ville, chacun ayant ses occupations. Un point intéressant, l'humeur des personnages est représentée par un icône au dessus de leur tête. La ville est également l'occasion de se familiariser avec les pouvoirs du héros. Vous pouvez viser à peu près tout et n'importe quoi, le locker puis le soulever ou le jeter... y compris les personnages qui ne faisaient que passer à côté de vous ! Cela semble inutile au début, mais l'on comprend rapidement que les développeurs ont pris un malin plaisir à tout rendre interactif pour vous faire gagner toute sortes d'objets... Cassez un pot pour des gils, visez un vieux lisant son journal pour lui voler et le lire vous même, soulevez et déplacez des personnages pour les emmener à un endroit précis pour qu'une scène se déclenche... tout est permis !

Je dois avouer qu'à un moment j'ai pensé à Zelda par certains aspects d'interaction, même si le jeu n'en est pas à un stade aussi développé. Chaque petit secret trouvé ou débloqué vous gratifie d'une médaille. On peut bien sûr penser qu'obtenir toutes les médailles débloquera quelque-chose dans le jeu. Nous verrons bien... En tout cas rien ne m'a semblé répétitif dans cette ville, et j'ai pris un malin plaisir à essayer de tout bouger/casser/activer !

Une interaction particulière vous fait ensuite sortir de la ville. Et vous devez prendre la fuite à dos de chocobo. C'est de nouveau un mini-jeu, où vous devez bousculer vos poursuivants pour qu'ils tombent de leur chocobo. A la fin de la poursuite, nouvelle cinématique, où l'on découvre le caractère totalement "je m'en foutiste" du héros, qui sort vanne sur vanne. Autre point qui m'a fait sourire dans les cinématiques, mais en particulier dans celle-ci : le fan service. Gros plan sur les dessous de l'héroïne qui en profite pour bien se pencher en avant et nous dévoiler ses fesses, puis gros plan vers sa poitrine... on a déjà vu plus subtil. J'ai trouvé ça un peu limite. Le dialogue n'avait aucun intérêt, seulement la position de la caméra. J'ai vu plusieurs scènes de ce genre dans la démo. J'espère que ce n'était fait que pour attirer les gens vers la démo et que le jeu final n'abuse pas trop de ce genre d'appât pour adolescent en manque (qui a dit FFX-2 ?).

Après cette cinématique, une nouvelle phase d'exploration et les premiers combats. Si mes première minutes ont été catastrophiques face aux quelques ennemis, je me suis rapidement habitué au système de combat. Utiliser le décor et le jeter sur l'ennemi (ou l'inverse) ou soulever simplement l'ennemi et essayer d'acquérir ses compétences pour les retourner contre ses confrères. Tout cela m'a un peu fait pensé à Kirby pour les connaisseurs. En tout cas au bout de 10 minutes, j'ai pris beaucoup de plaisir à soulever des bombos et autres lyacons pour les jeter dans tous les sens. Voilà un vrai bon action-rpg, bien dynamique ! L'exploration en elle-même était également très interactive. Vous pouvez par exemple attraper des fruits dans les arbres pour régénérer vos HP.

La petite zone à explorer aboutit ensuite à un donjon. Une sorte d'ancien temple où le jeu devient presque un jeu de plateforme-action 3D. Par contre vous ne pouvez pas mourir, même avec une chute de 400 mètres. Le cristal de votre héros le sauvera toujours et vous devrez juste recommencer votre dernier saut. Mais pas d'inquiétude, une bonne maniabilité était au rendez-vous. Quelques combats étaient présents dans le temple, dont un avec un boss. Pour les connaisseurs, c'était un "mur démoniaque" déjà entrevu dans de nombreux Final Fantasy. Le boss était séquentiel. Vous devez d'abord arriver à toucher sa porte centrale, pour pouvoir ensuite vous occuper des deux squelettes sortant du mur. Ce boss n'était même pas obligatoire. Le mur avançait dans un couloir avec un ravin au bout. Si vous arriviez à le battre dans les temps, vous gagnez une médaille. Sinon, vous tombez juste dans la partie suivante du donjon.

La fin du donjon aboutit à une longue cinématique que j'ai trouvé assez intense et très jolie.


C'est à ce moment que j'ai arrêté de jouer (1h40 de jeu tout de même). Mais je n'ai pas vu le temps passer, ce qui est bon signe. Dans l'ensemble le jeu m'a laissé une très bonne impression, et je pense au final que c'était le jeu complet et non une démo qui était disponible sur le stand, mais je ne peux pas le confirmer.

Pour finir, décrivons rapidement le menu du jeu : objets, compétences, médailles, carte, options... Un peu vide tout ça, l'aspect RPG est présent, mais il m'a paru limité (ça change peut-être plus tard dans le jeu). On pourra également reprocher certains mini-jeux pas très intéressants (wii oblige, j'ai envi de dire...) et quelques passages où les décors sont un peu vide et les textures un peu floues. Mais dans l'ensemble j'ai passé un excellent moment sur ce jeu. Et même si je trouve que c'est un action-rpg qui se rapproche presque d'un jeu d'action scénarisé. La démo (ou jeu complet?) était quand même bien linéaire, même en étant très longue. Il est certain que je vais m'acheter une wii (oui il y a encore des gens qui ne l'ont pas!), au moins pour rire devant l'attitude désinvolte du héros et la façon cynique qu'il a de casser tous ses compagnons! Le scénario sera la valeur sûre de ce jeu, croyez-moi! Le monde de Crystal Chronicles entre dans un univers plus adulte et plus développé que dans les épisodes précédant.

En tout cas, depuis le Micromania Game Show, je l'ai réservé sur Eidos-shop... ^^

Ecrit par benclaff
mis à jour le 04/11/2009

Flux RSS Valid XHTML 1.0 Hit-Parade des sites francophones